fbpx
Sélectionner une page

Nombreux sont les freelances qui souhaitent se lancer à côté d’un CDI. Cela permet de travailler sur son business lors de son temps libre, et d’attendre d’avoir assez d’économies ou de clients pour sauter le pas et se lancer. 

C’est le cas de Mélanie Carré (aussi connue pour son blog La Plume Rose), notre invitée du jour ! Son expertise ? Pinterest – Mélanie manage et accompagne les entrepreneures débutantes sur la plateforme, ou celles qui souhaitent tout simplement connaître les meilleures stratégies pour ensuite gérer leurs comptes en toute autonomie.

Mélanie est officiellement entrepreneure depuis Janvier 2020. Aujourd’hui, elle répond à mes questions pour partager son expérience de freelance – en parallèle d’un job salariée. 

Bienvenue sur le blog La Minute Freelance. Peux-tu te présenter ?

Coucou Lise ! Merci à toi de me recevoir sur ton blog, cela me fait vraiment plaisir d’être ici !

Je m’appelle donc Mélanie, et dans la vie j’ai deux casquettes. Je suis salariée à temps plein dans une bijouterie à Strasbourg, et je suis également Manager Pinterest & Coach pour les entrepreneures débordées ou qui souhaitent connaître les meilleures stratégies.

On peut me retrouver sur le web sous le pseudo “La plume rose”. J’aide également les entrepreneures à développer leur entreprise facilement tout en restant organisées grâce à mon blog.

Pourquoi as-tu lancé un business ?

Depuis que je suis petite je rêve de travailler de la maison, mais ce n’était pas forcément en tant qu’entrepreneure. Je me voyais tout aussi bien être salariée avec un travail 100% à domicile.

Pour réaliser mon rêve, j’ai essayé plein de choses : j’ai travaillé pour une société en MLM mais cela ne me convenait pas, puis plus tard j’ai monté une boutique de dropshipping qui a fait un flop complet, mais le concept ne me plaisait pas non plus… du coup, j’ai abandonné l’idée.

Comme j’étais toujours aussi amoureuse d’internet, j’ai ouvert un blog sur la gestion de budget, et l’organisation de la maison / des courses / des repas etc, et mon histoire a commencé ainsi.

En découvrant le monde de l’entrepreneuriat au fur et à mesure du temps, j’ai eu moi aussi envie d’ouvrir mon entreprise et de travailler pour moi. C’est ce que j’ai fait fin 2019 en créant ma micro-entreprise.

Début 2020 je m’y suis mise à 100% avec un seul objectif : démissionner de mon CDI pour vivre mon rêve. C’est ce que je peux faire aujourd’hui donc je suis la plus heureuse.

Depuis combien de temps es-tu salariée ET freelance ?

Je cumule ces deux activités depuis Janvier 2020, donc depuis 8 mois environ.

Ce n’est vraiment pas facile tous les jours mais – évidemment – gagner de l’argent tout en partageant sa passion, ça n’a pas de prix !

Je suis vraiment reconnaissante de tout ce qu’il m’arrive aujourd’hui. Je suis contactée régulièrement pour des interventions, pour des prestations etc, et j’ai à coeur d’aider les personnes qui me suivent pour qu’il arrive la même chose dans leurs vies.

Quels sont tes conseils pour bien s’organiser lorsque l’on cumule CDI et freelancing ?

Avoir deux activités très présentes, ça demande une organisation militaire. Pour pouvoir gérer toute ma création de contenu (qui est ce qui me permet de trouver des clients régulièrement), j’utilise Clickup : j’ai absolument tout dessus. Mon calendrier éditorial, mes idées de contenus, le statut de chacun d’eux…

Pour la gestion des clients, je n’ai pas encore trouvé l’organisation parfaite mais pour le moment j’arrive encore à tout gérer sans problème !

Ensuite, je conseille toujours de faire les tâches importantes en premier dans la journée, pour avoir l’esprit tranquille et ne pas se laisser déborder – surtout lorsqu’on a une deadline à respecter.

Enfin, écouter son propre rythme et son corps, c’est essentiel ! Personnellement, je suis très productive le matin dès le réveil, l’après-midi je suis bonne à rien, et le soir mon esprit est très créatif.

Je ne me force jamais, et je trouve que c’est le plus important finalement.

Comment rester motivée en fin de journée, alors qu’on a déjà porté une grosse charge de travail, pour continuer d’avancer sur son projet indépendant ?

Ce qui me motive personnellement, c’est de voir que tout le travail que j’effectue depuis 8 mois porte ses fruits petit à petit : voir son entreprise décoller est la meilleure des motivations.

Cependant, après une grosse journée de travail, ce n’est pas tous les jours facile. C’est pour ça que je recommandais, juste avant, de s’occuper des tâches importantes pendant sa période productive, et par déduction pas le soir.

Se lever une ou deux heures plus tôt le matin peut être une solution, je l’ai déjà fait et je dois dire que j’adore ce sentiment de se mettre au travail alors que “le monde” n’est pas encore actif.

Comment prépares-tu ton départ de ton emploi salariée ?

J’essaie d’organiser au maximum mon temps grâce à mon Planner Digital, car une fois à la maison à 100% du jour au lendemain, je sais que je vais perdre tous mes repères.

J’ai donc besoin de me cadrer et de savoir que je vais pouvoir compter sur un planning élaboré à l’avance pour gérer ma création de contenu, mes clientes, mes e-mails, et les commentaires sur mes différentes plateformes.

À côté de cela, j’essaie aussi de mettre de l’argent de côté pour pouvoir assurer les premiers mois si j’ai besoin de piocher dans une cagnotte de secours. Je ne pense pas en avoir besoin car je gagne déjà assez d’argent avec mon entreprise pour payer mes factures et mes courses. Cependant, nous ne sommes jamais à l’abri et je préfère être un minimum préparée afin d’éviter les mauvaises surprises !

Sais-tu déjà si tu vas demander une rupture conventionnelle, ou démissionner ?

Dans un premier temps, je demanderai une rupture conventionnelle car ainsi, je pourrai avoir l’assurance de toucher le pôle emploi. Cependant, je sais que mon entreprise ne les acceptes pas en règle générale, alors si c’est le cas, je démissionnerai.

Je n’ai pas envie de passer à côté de mon rêve juste parce que je n’ai pas eu l’accord d’une éventuelle rupture conventionnelle. Et je pense que finalement, personne ne passerait à côté non plus s’il avait l’occasion de réaliser son plus grand rêve.

Quels sont les filets de sécurité que tu as mis en place pour ton départ ?

Pour pouvoir m’assurer un revenu tous les mois, j’ai trouvé une cliente régulière, et j’en ai une deuxième qui pour l’instant collabore avec moi, mais je pense que cela ne durera pas dans le temps. En revanche, je vais avoir d’autres collaborations qui vont débuter dans les mois à venir, donc je suis heureuse de savoir que je vais avoir un chiffre d’affaires qui va augmenter !

J’ai sorti un produit digital qui me permet de gagner un peu d’argent chaque mois. Comme il est déjà créé, il me suffit d’en parler et d’en faire la promotion sur mes différents réseaux pour activer les ventes.

Et enfin, j’ai prévu de sortir dans les mois à venir une offre de coaching sur 3 mois pour accompagner les entrepreneures dans la création de leur compte Pinterest & le développement sur le long terme. C’est en cours de réflexion, mais je suis dans la phase finale diront-nous !

À ton avis, quel est le bon moment pour quitter son job et vivre de son activité freelance à temps plein ?

Pour commencer, je conseillerai à n’importe qui de commencer à lancer son activité en parallèle de son job salarié. Cela permettra de voir si l’idée fonctionne, si cela intéresse, et si une audience peut se créer autour de cette thématique.

Se lancer à corps perdu dans la création d’une entreprise après avoir quitté son emploi salarié me paraît risqué. En tout cas, moi je n’aurai pas osé je pense fonctionner ainsi.

Enfin, je trouve que le bon moment pour quitter son job salariée et se consacrer pleinement à son activité freelance est quand on peut payer ses factures. On ne peut pas tout faire, et je sais que si je veux gagner plus d’argent avec mon entreprise, je vais devoir trouver du temps. Mais pour le moment, je suis déjà contente de ce que je réalise avec les quelques heures que j’ai de disponibles chaque semaine.

Aujourd’hui, je peux payer mes factures vitales (loyer, courses, voiture) et c’est pour cela que j’ai décidé de quitter mon travail salariée. J’ai fait le deuil de pouvoir tout faire en tant que salariée ET entrepreneure, car cela est humainement impossible.

Que dirais-tu à un salarié qui a envie de se lancer en tant que freelance, mais qui a peur de quitter son job ?

Je lui dirai de ne pas hésiter et de se lancer ! Il est important de tester un minimum ses idées et surtout son projet avant afin de voir si celui-ci est fiable. Quitter son emploi salarié sans aucune idée d’entreprise me paraît très risqué.

Je dois avouer que c’est très rassurant de prévoir de démissionner avec une activité freelance qui fonctionne assez pour que je puisse payer mes factures, même si bien entendu vu le temps que j’y consacre, je ne peux pas évoluer comme je le voudrais pour le moment !

Enfin, je lui conseillerai de ne pas avoir peur, que tout va très bien se passer ! Et que s’il a le temps de se renseigner avant de monter sa micro-entreprise, qu’il le fasse, c’est important !

Encore merci à toi Lise pour ce billet invité sur ton blog. Je suis ravie d’avoir pu échanger avec ta communauté et de leur apporter tout mon soutien ! 

Pin It on Pinterest