fbpx

Lors de mon passage à Bali cet été, j’ai eu l’occasion d’y rencontrer Margaux Roux – freelance entre Paris et l’Indonésie, et créatrice du collectif Le Hub Nomade

Margaux Roux - crédit photo Marine Graham

 Passionnée par le surf et la nature, Margaux a trouvé son équilibre à Bali (Photo : Marine Graham Photography)

Avec la liberté comme valeur moteur pour sa vie personnelle et professionnelle, Margaux a été une véritable source d’inspiration

Quoi de plus naturel que de réaliser son interview et (peut-être) vous motiver à quitter votre CDI, déménager en Asie, ou tout simplement rejoindre un collectif de freelances

Merci Margaux d’avoir accepté cette interview pour La Minute Freelance.

Ton parcours professionnel est très riche, et marqué d’un revirement à 360° pour le choix de l’indépendance et du nomadisme. Raconte-nous tout ! 

 

Mon parcours académique et professionnel est tout ce qu’il y a de plus classique : bac avec mention, prépa littéraire, concours, formation à Sciences Po Lyon, stages en agences de communication (Havas, Extrême) et chez l’annonceur (BNP, SFR) avant de signer un premier CDI à Paris.

Ce CDI, c’était le graal, on n’avait tous que ce mot à la bouche, comparant les avantages des uns et des autres, et notamment les salaires. C’était l’assurance d’une stabilité, d’une sécurité financière, la clé pour décrocher un éventuel prêt bancaire en vue d’un futur achat immobilier, et la garantie de prendre de l’expérience dans une entreprise qui nous faisait confiance.

Ca c’est ce que j’étais censée ressentir, mais dès ma prise de poste, j’ai plutôt senti l’angoisse monter, en me disant “tout ça pour ça ?” et “ça va être comme ça pendant 40 ans ?”.

Au bout de quelques mois, j’ai négocié une rupture conventionnelle et suis partie faire le tour du monde : un premier pas vers une liberté dont je ne soupçonnais pas encore qu’elle allait devenir mon graal personnel.

Au retour, j’ai signé un autre CDI. J’avais un super job dans une super boîte, mais le schéma s’est répété et au bout de deux ans demi, j’ai tout remis en question à nouveau.

J’ai compris cette fois-ci que mon inadaptation au monde de l’entreprise était en fait ma nature, et que ma quête de liberté allait désormais être le fil rouge de ma vie.

J’ai à nouveau signé une rupture conventionnelle et booké un aller simple pour Bali. Je ne suis jamais “rentrée”, me suis installée là-bas et ai refait ma vie à ma propre sauce, en gardant ce que j’aimais de ma vie parisienne (un job épanouissant et intellectuellement très riche) et en rejetant tout ce que je détestais (les contraintes de la vie de salarié) en devenant freelance.

Cela n’a pas été facile mais je ne me suis pas laissée le choix, il en allait de ma survie

Quelles sont tes différentes activités professionnelles ? 

 

Je suis principalement consultante en communication pour des entreprises françaises. Mon champs d’action : stratégie de communication, storytelling, brand content, stratégie social media. En gros : tout ce qui permet à une entreprise de se raconter, de fédérer sa communauté et de promouvoir ses produits

Ayant très vite souffert de solitude dans mon travail, j’ai créé un collectif, le Hub Nomade, pour retrouver la force du collectif, l’entraide et le développement inhérent à une dynamique de groupe où chacun s’alimente de manière complémentaire.

Nous couvrons aujourd’hui tous les champs de la communication, du marketing, du brand content et du design, et accompagnons surtout des entreprises ecofriendly. 

A côté de ça, j’ai créé un Ebook et une offre de coaching pour devenir indépendant / digital nomad pour répondre à toutes les sollicitations reçues de part et d’autres d’Internet.

Je me suis rendue compte que ma remise en question n’était pas un cas isolé et que l’inadaptation au salariat est en fait un phénomène répandu. Je me suis donnée pour mission de montrer à ces personnes qu’il est possible de faire autrement sans faire de compromis de carrière, et aux entreprises que l’on peut travailler aussi bien – voire mieux – lorsqu’on est aligné, même si c’est à 12 000 kilomètres. 

J’ai aussi profité d’être à Bali pour lancer des petits projets d’entrepreneuriat textiles, dans mes domaines passion, le surf et le yoga. 

Qu’est-ce qui a motivé ta décision de venir t’installer à Bali ? 

 

J’y avais passé un mois pendant mon tour du monde et m’étais sentie comme “à la maison”. C’est une destination qui n’a pas cessé de me trotter dans la tête à mon retour à Paris, et qui est comme par hasard, devenu le premier hub de digital nomads au monde.

Bali est l’endroit où mes besoins de liberté et d’intensité sont les plus assouvis. Il y a l’océan, les vagues, une culture surf qui imprègne tout, une émulation créative incroyable, une spiritualité qui te pousse à te développer personnellement.

Les locaux sont très accueillants et leur culture incroyable. Les traditions et la modernité cohabitent très bien, ce qui permet de trouver un bon équilibre facilement. 

Peux-tu nous parler de ton quotidien de digital nomad ? 

 

Margaux dans son élément, capturée par l’objectif de Marine Graham

J’adore mon quotidien ici. Je me lève tôt, entre 6 et 7h, je me prépare un café et commence à travailler à mon bureau.

Plus tard dans la matinée, je rejoins mes collègues du Hub dans un café. On change chaque jour de spot ce qui fait qu’aucune journée ne se ressemble.

La France se réveille vers 15h, je cale donc mes calls clients à ce moment-là.

Puis vers 17h, j’étais l’ordi et profite de ce temps libre pour aller à la plage, lire, etc. Ca c’est le quotidien du lundi au vendredi.

Le weekend, je coupe tout, et passe généralement mes journées à la plage à alterner détente et sessions de surf avec les copains, locaux et expats ! 

 

Pourquoi as-tu eu envie de créer ton collectif ? 

 

Logo Le Hub Nomade

Le Hub Nomade – Collectif d’indépendants passionnés de communication et marketing !

La première raison a été, comme évoqué plus haut, le sentiment de solitude et le besoin de retrouver une émulation collective.

D’un point de vue pratique, je me suis aussi rendue compte que mes clients avaient des besoins complémentaires sur les projets menés et qu’ils étaient ravis que je leur présente un freelance compétent sans qu’ils aient besoin de chercher.

C’était tout bénef pour eux d’un point de vue gestion de projet, et pour moi aussi car cela me permettait de travailler en groupe avec des personnes ayant des compétences complémentaires. 

Au-delà de ça, j’avais toujours eu l’envie de créer une sorte d’agence de communication, ce que j’ai réussi à faire en m’affranchissant de toute contrainte administrative, financière et juridique ! 

 

Quel est le fonctionnement d’un collectif ? Quels sont les avantages pour les indépendants ? À ton avis, pourquoi les freelances ont intérêt à en rejoindre un ? 

 

Le hub nomade est encore très récent donc pour l’instant c’est très simple.

Les clients nous soumettent un besoin et nous dispatchons les projets en fonction des compétences et des disponibilités de chacun.

Chaque freelance facture directement ses prestations au client et son travail n’engage que lui.

Les avantages pour les indépendants sont de plusieurs ordres : briser la solitude du freelance, trouver une communauté de valeur, avoir une vitrine supplémentaire pour son travail, créer un nouveau canal d’acquisition client, se développer personnellement grâce aux échanges pros et persos avec les autres membres. 

 

Quelles sont tes ambitions avec Le Hub Nomade ? 

 

J’aimerais que l’on devienne une plateforme de référence pour les petites entreprises qui se développent sur des problématiques éthiques et responsables.

En prenant la décision de l’indépendance, nous avons réfléchi au sens que nous souhaitions donner à notre existence, et cela implique nécessairement d’injecter aussi du sens à notre action sur le volet professionnel. Je dirai même, étant donné le contexte planétaire, c’est même une responsabilité

J’aimerais aussi que l’on crée une véritable cohésion de groupe en réseau, que l’on se retrouve régulièrement à l’occasion de “team retreats” en France ou à Bali, que l’on partage nos bonnes pratiques et qu’on ressente tous une véritable fierté d’appartenance

Enfin, j’aimerais que notre mode de fonctionnement sensibilise et “acclimate” individus et entreprises aux nouveaux modes de travail. Encore une fois, montrer aux salariés qui ne sont pas épanouis qu’il est possible de réussir différemment, et aux entreprises qu’il y a des talentsatypiques” avec qui collaborer ! 

 

Si des freelances ont envie de rejoindre l’aventure, quelles sont les conditions ? Comment peuvent-ils te contacter ?

 

Logo Margaux Roux

Découvrez le quotidien de Margaux sur Instagram & LinkedIn

Je dirais partager nos valeurs et notre lifestyle : liberté, indépendance, détermination, agilité, créativité, amour de l’océan et de la glisse, envie d’agir pour la planète. 

Ensuite d’un point de vue professionnel : être expert de leur domaine, avoir des références solides et surtout être prêts à tout donner sur les projets. 

Enfin, avoir envie de faire partie d’une communauté et de s’y impliquer. 

Pour me contacter, un petit mail sur : roux.margaux@gmail.com

Merci à Margaux pour cette interview riche de sens, qui donne envie de rejoindre un collectif de freelances (et de plier bagage) ! 

Pin It on Pinterest